Enseignants, élèves et conflits dans l’école

L’une des thématiques proposées lors de la 3ème Conférence mondiale sur la violence à l’école portait sur la formation des enseignants.
Les intervenants canadiens, luxembourgeois, français, américains, anglais ou brésiliens ont fait part d’expériences réussies ou en devenir, de leur compréhension et leur appréhension de la violence scolaire par les enseignants.
On peut en retenir l’évidente nécessité de mieux former les enseignants à la gestion de conflits, lors de la formation initiale mais aussi en formation continue.
Mais quelque soit le pays, il semble bien que les expériences réussies le sont sur une petite échelle avec des difficultés à passer à un niveau national. Contrainte budgétaire pour les institutions ou manque de volonté de la part des nouveaux enseignants?En France les formations proposées dans le cadre des IUFM, quand elles existent, sont optionnelles et de courte durée (2 jours à l’IUFM de Bordeaux, par exemple).Pour compléter ces réflexions, vous trouverez ci-après une biblio-webographie commentée.Cette liste de ressources est fortement marquée par des références canadiennes. Les québécois sont très présents dans la littérature sur les problèmes et les solutions quant à la gestion de la violence ou des conflits à l’école par les enseignants.

L’Observatoire européen de la violence scolaire propose une bibliographie des livres, articles, rapports auxquels ont participé les membres de l’Observatoire.

On surveillera le site de l’International Journal on Violence and School, encore en gestation.·

Violence : la planète école mobilisée, dossier du Monde de l’éducation, n°343, janvier 2006, pp. 24 –45. A l’occasion de la troisième conference mondiale sur la violence à l’école, Le Monde de l’éducation fait le tour des solutions mises en oeuvre en Europe et en Amérique. Classes sans mur, policiers à demeure, ouverture de l’école aux communautés, autant de plans d’actions évalués à l’aune de leurs resultats sur le terrain. Là où le pragmatisme anglo-saxon fait ses preuves mais montre aussi ses limites.

L’école et ses violences / Pain, Jacques. Paris : Economica, 2006. 181 p. L’auteur fait le point sur les violences exercées en milieu scolaire et dénonce l’absence de réponses françaises à long terme et donne des pistes pour lutter contre ce problème.·

Violence à l’école : un défi mondial / Debarbieux, Eric. Paris : Armand Colin, 2006. La violence en milieu scolaire est devenue une préoccupation mondiale. Enjeu éducatif et politique majeur, elle est malheureusement loin d’être abordée comme il le faudrait pour affronter positivement ce mal planétaire, où il y va de notre avenir culturel et démocratique ; elle alimente tout un discours de la  » décadence  » qui sert d’alibi à de menaçantes entreprises de régression. L’auteur de ce livre fait litière, avec un humour ravageur, de ces récupérations et de leurs atours pseudo-scientifiques. Expert reconnu, esprit indépendant, il ne s’installe pas davantage dans la posture symétrique, bien pensante mais surréaliste, de négation du problème : à aucun moment il n’oublie l’oppression vécue par les victimes. Son propos est de fournir à chacun, enseignant, responsable politique ou simple citoyen, une présentation objective du phénomène pris dans sa complexité et sous toutes ses dimensions. Une expérience de terrain de plus de vingt ans, en Europe, en Amérique et en Afrique, le savoir théorique constitué au fil de ses recherches par lui et son équipe, une synthèse approfondie de la littérature scientifique mondiale sont les gages de son sérieux. Ce tableau ouvre sur les stratégies possibles pour faire face de manière pragmatique, efficace et motivée au problème. L’accent est mis sur l’importance du dialogue Nord/Sud, qui seul permettra ce renouvellement d’approche qu’exige sa  » mondialisation « .

Violences en milieu scolaire, nouvelles problématiques, nouvelles réponses. Spirale, n°37 janvier 2006. Dans une première partie, les auteurs analysent des problématiques tells que la violence télévisuelles, une analyse clinique de la violence à l’école, la violence vue par les élèves de primaire,..La deuxième partie est consacrée aux réponses possibles, à partir d’exemples, d’analyses de posture et d’alternatives.

L’invention de la violence scolaire / Mabilon-Bonfils, Béatrice . Paris : Editions Erès, 2005. (Pratiques du champ social). 247 p. L’auteure mesure le lien entre violence scolaire, laïcité, crise du pacte républicain et montée des pluralités culturelles. Elle défend la thèse selon laquelle la violence scolaire est au coeur d’un malaise dans la citoyenneté qui est confrontée à la mondialisation et aux résurgences plurielles des communautés. ·

Les violences en milieu scolaire et éducatif : connaître, prévenir, intervenir / Gaillard, Bernard. Rennes : Presses universitaires de Rennes ; (Didact éducation). 569 p. Les phénomènes de violence, abus, maltraitances, conduites d’intimidation qui envahissent les espaces professionnels et institutionnels font ici l’objet d’une étude observant la complexité des sphères danslesquelles ils s’inscrivent : scolaire, éducative, sportive et familiale. Présente aux cliniciens et praticiens les recherches effectuées en France, en Belgique, au Canada et en Italie. ·

Violence en milieu scolaire : Recherches, pratiques exemplaires et formation des maîtres / Observatoire européen de la violence scolaire. Ville-Ecole-Intégration – Enjeux, Hors-Série n° 8, février 2004. Ce numéro reprend une partie des communications présentées lors de la 2ème conférence sur la violence à l’école, portant sur les travaux de recherche, les pratiques exemplaires et la formation des maîtres, un peu partout dans le monde. ·

Dossier du café pédagogique (2004) : La violence à l’école. Points de vue de pédagogues, sociologues, enseignants, parents. Les mesures institutionnelles, des reportages au primaire, au secondaire. ·

Observatoire canadien pour la prévention de la violence à l’école. On y trouve les 10 Communications présentées à la Journée conférence internationale sur la violence à l’école, Université d’Ottawa, 20 avril 2005 et notamment : ·

Comment l’école peut-elle prévenir et composer avec les conduites agressives des jeunes. Royer, Egide, 23 p. ·

La violence en milieu scolaire : quelques défis politiques et scientifiques. Debarbieux, Eric, 18 p.

Enfermer ou éduquer : les jeunes et la violence / PETITCLERC J.M. Paris: Dunod, 2004. Pour l’auteur, le problème de la violence des jeunes tel qu’il se pose aujourd’hui n’est pas d’abord un problème de jeunes. C’est un problème d’adultes. La vraie question à se poser c’est : pourquoi notre génération d’adultes rencontre plus de difficultés que celle d’hier à apprendre aux jeunes à réguler agressivité et violence. Le problème central est donc celui de l’éducation. Et la mauvaise réponse c’est considérer que pour juguler la violence, il faut enfermer les jeunes qui s’y livrent. Il faut sortir du dualisme prévention/dépression.

Des expériences françaises recensées (en 2002) sur le site d’Eduscol.


2 réflexions au sujet de « Enseignants, élèves et conflits dans l’école »

  1. bonjour,
    La violence engendre la violence!!!
    La question que chaque individus doit se poser: que peut on faire?
    être plus sévère? tolérance zéro?
    Pour ma part non!!!!
    nous devons tous être à l’écoute du malaise de la société actuel.
    Nous sommes tous en concurrence et la société n’accepte que les meilleurs.
    La peur du « gendarme » a disparu et les points de repères sont de moins en moins nombreux. Les enfants sont habituellement confrontés à la violence (tv, quartier, parents, console de jeu….), ils vivent dans un monde virtuel et personne ne leurs dit qu’ils sont hors-jeu.
    La sanction utile extiste dès qu’elle est appliquer le plus vite possible et non pas 15 jours après comme nous le vivont actuellement. Il faut aussi tirer le signal d’alarme auprès des parents et obliger ceux-ci à prendre leurs responsabilités quitte à les blesser.

  2. Bonjour,
    Je vous signale le dernier numéro de la revue Belge La matière et l’esprit qui porte sur la violence à l’école avec des approches qualitatives et des points de vue parfois assez différents de ceux habituellement mis en avant. Plusieurs sociologues français y ont participé.
    Cordialement,
    Françoise

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *