L’éducation aux médias à la une

Alors que les médias font la une en Europe (résolution du 25 septembre sur la concentration et le pluralisme des médias, 2nde édition des European Youth Media Days en octobre) et en France (Etats généraux de la presse et réforme de l’audiovisuel public en décembre), l’intérêt pour l’éducation aux médias fait également l’objet d’une certaine effervescence depuis environ un an. Cette date coïncide avec l’anniversaire de la Déclaration de Grünwald, texte clé qui, 25 ans après son élaboration, n’a rien perdu de son intérêt pour ce qui concerne l’éducation aux médias dans le monde. Un certain nombre de documents récemment publiés attirent en effet notablement notre attention sur cette littératie médiatique (media literacy), manifestant l’intérêt explicite des pouvoirs publics, même si le climat général autorise à douter des opportunités d’actions réelles qu’ils impliquent.

En France, tout a « commencé » avec le rapport IGEN / IGAENR réalisé en 2007 sous la direction de Catherine Becchetti-Bizot et Alain Brunet (L’éducation aux médias : enjeux, état des lieux, perspectives). Malgré une diffusion peu conventionnelle (mis intégralement en ligne par l’association ARPEJ et par l’EST républicain), le rapport représente clairement un jalon pour le développement de l’éducation aux médias (EAM) dans le système scolaire, en écho à la mention explicite dont elle bénéficie dans le Socle commun de connaissances et de compétences (piliers 4 et 6). Les inspecteurs considèrent en effet qu’internet bouleverse profondément la donne :

« Internet présente, en effet, cette particularité d’être un « méta-média » rassemblant et combinant sur un même support tous les médias traditionnels, leur apportant de la profondeur et de la complexité, les concurrençant sur leur propre terrain, les rendant accessibles pratiquement à toute heure et en tout lieu et transformant rapidement les comportements et les pratiques sociales. En outre, les usagers sont mis en situation de production et d’interaction avec l’information – posture qui semble nouvelle par rapport à celle de consommation passive qu’on accusait les médias traditionnels de susciter. Une illusion de surpuissance et de liberté se dégage de ces pratiques, alors même que les risques de dépendance et de manipulation sont considérablement accrus.
Mais c’est surtout l’influence de ces nouveaux outils sur les modes d’apprentissage (la manière dont se construisent les savoirs) et sur la circulation des connaissances et des idées qui interroge l’École : « De l’enfant éduqué au sein d’une communauté fermée dans une logique d’héritage culturel et de tradition orale, nous sommes passés à l’enfant surexposé à l’information fragmentée accessible à travers des moyens technologiques ». Jamais la possibilité de collecter, de traiter et de diffuser une telle quantité d’informations n’avait été mise à la disposition des élèves. Ce sont les canaux d’accès au savoir qui se sont déplacés. Cette situation engendre de nouveaux risques et implique de nouvelles responsabilités, vis-à-vis desquelles l’École a très certainement un rôle important à jouer ».

Après un état des lieux documenté, Becchetti-Bizot et Brunet tracent quelques perspectives rassemblées dans les 12 propositions suivantes :

► Réaffirmer au plus haut niveau les principes généraux, les enjeux et les objectifs d’une éducation aux médias dans le cadre de l’École : en clarifier la définition, en rappeler l’obligation et en circonscrire le champ.
► Proposition 2 : Ne pas faire de l’éducation aux médias une discipline mais une voie « traversante » des disciplines fondamentales
► Proposition 3 : Élaborer un référentiel de compétences permettant une progressivité de l’école au lycée et une évaluation à l’intérieur des disciplines
► Proposition 4 : Réserver un temps et/ou un espace bien identifié pour cet enseignement, au moins pendant les années de collège
► Proposition 5 : Désigner un référent de l’éducation aux médias dans chaque établissement et faire apparaître dans le projet d’établissement toute initiative relative à ce champ d’apprentissage
► Proposition 6 : Mettre l’accent sur la pratique en s’appuyant sur des partenaires professionnels et/ou en amplifiant les partenariats existants
► Proposition 7 : Développer prioritairement la formation, notamment celle des cadres et des professeurs référents ; prévoir une sensibilisation de tous les professeurs stagiaires au niveau de la formation initiale.
► Proposition 8 : Renforcer le pilotage pédagogique du dossier, au niveau national comme au niveau académique, en identifiant, notamment, des inspecteurs référents dans chaque académie
► Proposition 9 : Faciliter l’acquisition, la distribution de journaux, de magazines d’information, et l’usage pédagogique de différents supports en nombre suffisant pour la pratique de l’éducation aux médias en milieu scolaire. Encourager la production de ressources de qualité destinées aux jeunes.
► Proposition 10 : Clarifier les rôles et réaffirmer la responsabilité des différents acteurs, publics et privés, dans la prise en charge de ce qui ne peut être qu’une « responsabilité citoyenne partagée »

Propositions complémentaires pour le CLEMI
► Proposition 11 : Consolider le CLEMI national en sa qualité d’ingénieur de formation, de centre de ressources et d’opérateur de partenariats
► Proposition 12 : Stabiliser le statut des correspondants académiques du CLEMI auprès des recteurs, afin de leur donner la légitimité nécessaire à l’animation des réseaux pédagogiques et des partenariats

Le Rapport annuel des inspections générales 2007 s’appuie très largement sur le rapport Becchetti-Bizot / Brunet pour définir l’EAM comme « un impératif pour l’école » (cf. chapitre III : l’établissement et son environnement : l’enjeu de l’ouverture). Les idées saillantes, me semble-t-il sont les suivantes :

  • les médias doivent être incorporés aux contenus des programmes scolaires et aux pratiques pédagogiques, et l’EAM doit être appréhendée comme transversale aux disciplines constituées
  • l’EAM doit aussi bénéficier d’un « temps spécifique« , en particulier au collège, et être ancré « dans un lieu de pratique transversale » (CDI, salle multimédia, etc.).
  • pour être effective la transversalité requiert la désignation explicite d’un référent : le professeur documentaliste pourrait naturellement jouer ce rôle pivot, et promouvoir des partenariats avec les acteurs du monde des médias.

Dans ces configurations qui se dessinent en faveur d’une inscription de l’EAM dans la réalité des parcours scolaires, le CLEMI a lui aussi un rôle spécifique à jouer en tant qu’opérateur pédagogique national. La création du Centre de liaison de l’enseignement et des médias d’information en 1982, répond précisément au besoin d’une structure décentralisée pour mettre en oeuvre cette forme d’éducation et donner aux élèves les outils pour un décryptage critique de l’information. Elle est opportunément contemporaine des premières initiatives de l’Unesco en la matière, avec la tenue d’une rencontre internationale dont les travaux de synthèse sont désormais connus sous le titre de « Déclaration de Grünwald«  (pdf) : un texte de 2 pages présentant un ensemble de recommandations en faveur de l’éducation aux médias, encore largement pertinentes aujourd’hui, même si l’internet et les TIC n’entraient pas encore dans les réflexions.

Le CLEMI, dont le site web vient de faire peau neuve (avec comme nouveauté majeure la mise en ligne du catalogue du centre de documentation et des bulletins de veille mensuels InfoDoc) s’est principalement focalisé dès l’origine sur la presse écrite, mais a dû diversifier ses activités ces dernières années pour intégrer tous les médias. Malgré cet élargissement, la structure créée par Jacques Gonnet et rattachée au CNDP, souffre pourtant d’une certaine fragilité. Le réseau de correspondants académiques bénévoles et militants sur lequel il prend appui, ainsi que la mobilisation ponctuelle autour d’un événement phare tel que la « Semaine de la presse et des médias dans l’école » contribuent à alimenter une certaine marginalité des missions et des actions entreprises. C’est pourquoi Becchetti-Bizot et Brunet préconisent « un nécessaire changement d’échelle » et un engagement de l’Etat dans une démarche « globale, construite et pilotée », permettant de renforcer la position du CLEMI sur le terrain.

Sous le titre Les nouveaux médias : Des jeunes libérés ou abandonnés , le rapport au Sénat de David Assouline (à ne pas confondre avec Pierre !) d’octobre dernier opère comme une piqûre de rappel et prolonge les analyses du rapport Becchetti-Bizot / Brunet de 2007. Les conclusions du rapporteur, nourries par une cinquantaine d’auditions, donnent lieu à trois différents constats :

  1. il existe une culture numérique jeune : « Un jeune sur trois a un blog, plus d’un sur deux se sert régulièrement d’une messagerie instantanée, 70 % jouent sur l’ordinateur et plus de 90 % d’entre eux naviguent sur Internet et sont propriétaires d’un téléphone mobile. » (chiffres du CIEM).
  2. ces nouveaux médias représentent une formidable opportunité ; les termes « outils de socialisation, catalyseurs de compétences, diffuseurs de culture, source de créativité », etc. sont mentionnés.
  3. les risques ne doivent pas être minimisés (exploitation de l’intimité, cyberdépendance, non validation de l’information, diffusion de contenus violents, etc.).

Dans ce rapport, D. Assouline propose une analyse équilibrée, ni trop alarmiste sur le danger des médias, ni trop béatement optimiste sur leur impact. Il reconnaît la nécessité de renforcer le contrôle sur ces nouveaux médias, et de moderniser l’action de l’état en matière de protection de l’enfance, via notamment la création d’un organisme unique de protection des mineurs compétent pour l’ensemble des médias.
Mais il considère aussi que les limites inhérentes à ces mesures de contrôle rendent impératives le renforcement d’une éducation aux médias, et émet une quinzaine de recommandations axées sur les rôles respectifs de l’état, des médias et de l’école. Sans entrer dans une énumération fastidieuse, le volet « école » souligne le potentiel d’actions du CLEMI, limité par sa fragilité structurelle et la méconnaissance de ses actions dans les établissements. Il a également le mérite d’appuyer ses propositions sur l’existant (utiliser les nouveaux médias dans les supports des cours d’éducation civique, recentrer le B2i sur l’usage des nouveaux médias), tout en suggérant la mise en place d’un module de 10 heures annuelles en quatrième et en seconde, dont les professeurs-documentalistes auraient la charge.

Alors, y a plus qu’à ? En tous cas, tout se passe comme si les « nouveaux médias » représentaient une sorte de tremplin (ou un cheval de Troie ?) pour le développement de l’éducation aux médias, qui, comme le souligne le rapport Becchetti-Bizot / Brunet, demeure le plus souvent jusqu’à aujourd’hui une « affaire de militants, parfois contestée dans le cadre scolaire, et (…) peu présente en tant que telle dans les politiques éducatives ».
Mais aussi une opportunité pour les professeurs documentalistes qui revendiquent plus ou moins vainement la reconnaissance disciplinaire de l’éducation à l’information (information literacy) depuis bientôt 20 ans (déjà).

En tous cas, si l’on espère que les jalons posés par ces rapports successifs représentent davantage qu’une simple contribution à la manifestation organisée par la Commission française de l’Unesco à l’occasion du 25e anniversaire de la Déclaration de Grünwald (2007), rien n’interdit de sauter le pas à l’échelon académique. Le projet EAM 2008-2010 développé dans l’Académie de Bordeaux (plan Objectifs 2010) en constitue un des meilleurs exemples.

Voir aussi
– les actes du colloque national « éduquer aux médias, ça s’apprend » (Cahiers du CREDAM, n°6), organisé conjointement par le CLEMI et la CDIUFM en 2007 (IUFM d’Auvergne, 6 et 7 décembre)

– l’ouvrage de Laurence Corroy aux éditions Vuibert Les jeunes et les médias : les raisons du succès, coédition entre le CLEMI et l’INA (2008).

– les travaux du Collectif interassociatif enfance et médias (CIEM) avec par exemple l’intervention de son vice-président Christian Gautellier, intitulée Les jeunes et les médias, au-delà d’un enjeu d’éducation, un enjeu de société majeur (parue dans la lettre du CIEM de février – mars 2007) ;
sans oublier l’excellent guide pratique Internet et moi (2007), réalisé par Okapi et le Forum des droits sur l’internet (avec le soutien du CIEM)

– les travaux de l’Observatoire des médias de l’INA et la section Apprendre de son site Archives pour tous, avec ses rubriques « vidéothèque éducative » et « décryptage » par exemple.
L’INA s’est engagé depuis environ 5 ans dans une réflexion sur l’évolution de ses missions et de ses activités à l’ère numérique. Cette réflexion s’est d’ores et déjà traduite par un changement de statut il y a 2 ans, lui permettant de figurer au nombre des établissements d’enseignement supérieur et de recherche, et consécutivement de mettre en place des formations initiales de type masters (en cours d’habilitation).
Un corollaire à l’investissement dans cette nouvelle voie est la question ouverte de la production d’une offre pédagogique, et le développement de collaborations avec le CLEMI notamment.


Une réflexion au sujet de « L’éducation aux médias à la une »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *