Document numérique et société

La seconde conférence internationale Document numérique et société s’est tenue cette année à Paris dans les locaux du Cnam, les 17 et 18 novembre 2008. Organisée par Ghislaine Charton (professeur titulaire de la chaire d’ingénierie documentaire du Cnam) et Évelyne Broudoux (maître de conférences en information-communication à l’IUT de Vélizy), cette manifestation a réuni environ 150 enseignants-chercheurs, étudiants et professionnels du document et de l’information autour du thème « Traitement et pratiques documentaires : vers un changement de paradigme ? ».

Saluons d’abord un beau travail éditorial réalisé en amont : la publication par les éditions de l’ADBS des actes de la conférence, sous la forme d’un ouvrage soigné, dont les participants ont pu apprécier la qualité… et l’odeur d’encre fraîche.

Plutôt que de tenter la périlleuse synthèse d’un programme caractérisé par la grande variété des communications, en termes de focales (de la réflexion théorique au retour d’expérience pratique en passant par l’économie) comme de champs d’application (des bibliothèques à la documentation d’entreprise), nous nous proposons plutôt de rendre compte de quelques interventions tou-chant dans notre domaine d’activité.

En guise d’introduction, Jean-Marc Lecarpentier, du Groupe de recherche en informatique, image et instrumentation de Caen, a présenté les évolutions de l’architecture du web et des documents numériques dans une perspective historique. Avec le web 2 et l’apparition des widgets, une page web n’est plus un document dont le contenu est maîtrisé par son éditeur, mais devient un contenu composite provenant de sources différentes. Les widgets apportant de plus en plus à l’internaute des contenus « personnalisés », la question de l’archivage des pages web s’en trouve complexifiée. Peut-on encore parler de « document » si celui-ci n’a plus de forme stabilisée ?

Pour nos collègues enseignants et chercheurs dans le domaine des TICE, on peut signaler la communication de Thomas Kreczanik, du laboratoire Elico de l’université de Lyon, centrée sur une approche très théorique de la conception et de l’appropriation du document pédagogique hypertextuel.

Des pistes intéressantes ont été ouvertes par Manuel Zacklad, de l’université de technologie de Troyes, en matière d’exploitation des « facettes » et des « ontologies sémiotiques » pour la gestion documentaire. Les personnels ont souvent du mal à respecter des schémas de classification normatifs imposés par les institutions pour stocker et archiver les documents. C’est pour faciliter leur tâche qu’a été élaboré le mata-moteur Isis, visant à unifier le vocabulaire de classement au sein d’une entreprise et à automatiser une partie des tâches de classement et d’archivage. Sont distinguées différentes « facettes » qui décrivent, respectivement, le contenu du document (auteur, date, thème…) et son contexte de création (fonction, activité, type de contenu…). L’intérêt d’Isis est qu’il peut être intégré dans les logiciels de bureautique classiques. En tenant compte de l’affectation des personnels dans les services et de leurs attributions respectives, une partie des facettes décrivant le document peuvent être renseignées de façon semi-automatique.

Ghislaine Charton et Elisabeth Caillon, de l’Institut national des techniques de la documentation, au Cnam, ont présenté une étude intéressante relative aux pratiques de citation des ressources électroniques dans les publications scientifiques, réalisée à partir de l’analyse d’un corpus de publications francophones et anglophones, relevant de trois champs : la biologie moléculaire (BM), la physique appliquée (PA) et l’économie-gestion (EG). Dans chaque champ, ont été sélectionnés cinq revues « phares » ainsi qu’un échantillon de thèses et d’actes de colloques, tous publiés en 2007.
Le constat principal est le très faible usage de la citation de ressource électronique originale –c’est-à-dire une URL explicitement fournie par l’auteur dans les publications scientifiques, surtout en PA et en EG. Inversement, les grands éditeurs de revues anglophones developpent autour des articles une gamme de « liens automatiques » qui orientent le lecteur vers le site de l’éditeur et/ou vers des plateformes spécialisées (Crossref, OpenURL, Google Schoolar, etc.). Cette stratégie de lien n’est évidemment pas neutre. Les chercheuses donnent quelques pistes visant à encourager l’usage des références originales et à contrebalancer le poids des liens automatiques imposées par les éditeurs : la stabilisation des liens, via des identificateurs pérennes (de type DOI) ; l’ouverture des préconisations éditeurs, notamment pour autoriser la référence à des sources numériques non seulement dans le texte ou en note, mais aussi dans les bibliographies. Une régulation des pouvoirs publics est souhaitable pour coordonner l’inscription dans le registre mondial des références croisées et, au niveau national, le registre des résolveurs de liens.
À travers ces questions techniques, c’est la dimension cognitive du rapport au texte qui est en jeu, les références numériques permettant un renouvellement et une actualisation des contenus cités et les liens offrant la possibilité de rebondir pour prolonger l’exploration et la réflexion par un guidage approprié vers des ressources complémentaires…

Références

  • Site de la conférence : http://www.doc-soc.fr/.
  • Broudoux Évelyne et Charton Ghislaine (dir.) (2008). Traitement et pratiques documentaires : vers un changement de paradigme ? Actes de la deuxième conférence Document numérique et Société. Paris : ADBS Éditions.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *